Du célèbre chocolat Toblerone, ils ont la forme: pyramidale. Mais les tétraèdres qui ont poussé dans les sous-bois et les pâturages du Mollendruz et alentours sont en béton. Des blocs grisâtres de près de neuf tonnes chacun, marqués par le temps, les caprices de la météo et le lichen.

Vestiges d’une époque nettement plus guerrière, où le col voyait défiler artillerie et troufions helvétiques emmenés par le célèbre général Guisan, ils rappellent qu’ici la frontière est proche. Et qu’à la fin des années 30, elle était synonyme de danger potentiel.

Des blocs grisâtres de près de neuf tonnes chacun, marqués par le temps, les caprices de la météo et le lichen.

Le passé militaire de la région a laissé d’autres traces. Plusieurs forts, bunkers et autres barrages parsèment le bord des routes et sentiers. En particulier à proximité de Petra Félix, stratégiquement situé au croisement de deux voies routières.

Le badaud s’y laissera parfois tromper. Les anciens forts ont le plus souvent des allures de simple maison ou chalet, avec leurs fenêtres agrémentées de volets verts. Le plus connu de la région est celui de Pré-Giroud, à proximité de Vallorbe. D’autres ouvrages retrouvent parfois une nouvelle jeunesse, revisités par quelques artistes inspirés.

ITINÉRAIRES

Vous trouverez quelques spécimens de ces excroissances d’un autre temps en descendant le chemin pédestre qui rejoint le village de l’Abbaye depuis le col du Mollendruz, en direction du lac de Joux. Ou sur le parcours qui mène à la Croix de Châtel. Arrivés à la Croix, à pied ou en raquettes l’hiver, vous serez récompensés par la vue qu’offre le panorama à 360°.

PETRA FÉLIX

L’appellation aux consonances latines a de quoi surprendre. Littéralement, cela veut dire pierre heureuse. Mais d’où vient le nom Petra Félix?

Certains y voient l’expression du soulagement des voyageurs qui y parvenaient après une montée ardue dans une région qui était alors prisée des loups et des brigands de grand chemin. D’autres assurent que c’est ici, sur un roc, que des jeunes de la contrée ont contraint un baron de La Sarraz à renoncer à son droit de cuissage.
En savoir plus